Agressions de militants communistes à Bobigny : la violence politique n’a pas sa place dans le débat démocratique !

Publié le par Hervé Bramy

           Hier, en fin d’après-midi quatre militants Communistes et Jeunes Communistes de Bobigny ont été victimes de violences particulièrement graves alors qu’ils participaient à une distribution de tracts, invitant à une initiative de solidarité avec la Palestine. Le Parti Communiste Français condamne fermement cette agression politique inacceptable !

 

            Ce déferlement de haine et de violence à leur encontre a conduit ces militants à l’hôpital. Une plainte a été déposée envers la dizaine d’agresseurs, désignant nommément parmi eux un militant de droite bien connu dans cette circonscription.   

 

La violence politique n’est pas un acte banal, un évènement quelconque qu’il conviendrait de passer sous silence, mais le symptôme d’un dysfonctionnement de nos institutions et d‘une profonde crise démocratique.

 

            Cette agression intervient dans un climat de tension, marqué par l’assassinat de Clément Méric, le 5 juin dernier et après des actes intolérables commis à l’occasion de la « Manif pour Tous ». La liberté d’expression, la liberté d’association ou la liberté de conscience sont des valeurs fondamentales garanties par nos institutions. La violence n’a pas sa place dans le nécessaire débat démocratique sur des orientations politiques.

 

             Le Parti Communiste demande que les coupables de cette agression odieuse soient arrêtés et appelle toutes les forces de gauche, les forces progressistes à un rassemblement de soutien avec les 4 militants agressés, ce Lundi 24 juin à 18h sur l’esplanade de la Mairie de Bobigny.

Commenter cet article