Copenhague : Le jour de la grande manifestation

Publié le par Hervé Bramy


IMGP1199
Diaporama

Samedi 12 décembre.
Le jour de la grande manifestation est enfin arrivé. La température ici est descendue encore d’un ou deux degrés alors on s’habille en conséquence de telle manière à résister au mieux. On s’empare de la banderole, des affichettes et des drapeaux du PCF pour se rendre dès 10h au siège de l’Alliance Rouge
 /Verte à quelques minutes de l’hôtel.

En effet le départ de la manif est prévu  à 13H et nous sommes convenus avec nos partenaires du PGE (Parti de la Gauche Européenne composé de 29 organisations politiques de gauche « marxistes ») de nous rencontrer à nouveau pour faire le point des négociations et envisager notre expression à l’échelle de l’Europe. Il y a de cela un peu plus d’un mois les responsables à l’écologie de nos différentes formations se sont réunies à Bruxelles un dimanche pour trouver un terrain d’expression commune. Ce n’était pas acquis au début de la réunion mais nous y étions parvenus à force de conviction partagée ( voir le site www.pcf.fr European LEFT ).

Ce matin donc en présence des membres de la délégation Christine Mandelson [membre du secrétariat du PGE], Sébastien Bracq qui parle l’anglais et le danois – c’est exceptionnel et surtout très utile – Pierre Laurent et moi-même nous engageons le débat sur l’état des négociations. La délégation française fournit les dernières informations en provenance de Bella Center lieu officiel des négociations. Faut-il ou non soutenir le choix de prolonger l’accord de Kyoto qui finalement a résolu fort peu de choses ou bien exiger un nouvel accord, celui-ci réellement  contraignant sur le plan juridique ? Rappelons pour mémoire que l’enjeu est considérable. Il s’agit de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ci 2020 de 40% pour les pays industrialisés afin de limiter le réchauffement de la planète de 2°C. Hier la dépêche de l’AFP nous apprend que l’exigence a été portée même à 1,5°C par une centaine de pays  en développement (PED) à l’initiative des Îles Solomon (Pacifique). « Ce que nous négocions ici c’est notre survie »  précise Antonio LIMA du Cap Vert. Une mouture du texte officiel de sept pages est également en circulation imparfait il reprend les objectifs du GIEC sans trancher entre les deux options 2°C ou 1,5°C et  laisse peu d’espoir d’aboutir dans cette forme tant les sommes mobilisées sont en deçà des enjeux (pour rappel l’ONU estime qu’il faudrait mobiliser 100 Mds €/an de 2013 de 2020 à 2030). Nous avons décidé de se revoir demain dimanche à 10h à mon hôtel afin de décider les termes de notre déclaration avant de nous revoir dimanche prochain à Bruxelles pour finaliser notre expression.

La manif : après une recherche difficile pour mettre tout le monde d’accord sur le lieu de notre déjeuner – nous avons fini par nous séparer en deux groupe – pour ce qui nous concerne nous avons choisi un restaurant italien. Il faut dire que les restaurants ne sont pas donnés pour une piètre qualité ; c’est plus de la restauration rapide sans véritable attrait. Ceci dit nous avions besoin de sucres lents avant d’affronter avec nos amis belges du PCB le froid de la manif. A 13h30 précises nous sommes au lieu de rendez-vous. Il ya déjà beaucoup de monde et nous avons les pires difficultés pour rejoindre les ballons mauves de nos camarades de l’Alliance Rouge/Verte. Une fois la jonction faite nous déployons notre banderole « Ils ont sauvé les banques…Sauvons la planète » ainsi que nos drapeaux PCF bien utiles pour nous retrouver dans le cortège. Ainsi après l’assaut d’un Black-Block et celui de la police nous sommes les uns et les autres séparés. La police aura finalement arrêté 400 personnes…Cependant rien à voir avec Strasbourg où à cette occasion l’ordre avait été donné de laisser pourrir la situation jusqu’à finalement voir la manif se disperser alors qu’elle avait à peine commencée. Dans le défilé très coloré, très déguisé les slogans fleurissent « Assez de BLABLABLA Agissez maintenant » ou bien « Planet no profit » ou encore « Planet no plan B »…. Ce sont entre 50000 et 100000 femmes et hommes de tous les pays qui ont défilé les lapons en tête. Quelques kilomètres plus loin alors que la nuit est tombée depuis déjà deux heures nous parvenons vers 18H au Bella Center que nous ne pouvons évidemment pas approché.

 


Publié dans Ecologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article