Courrier au ministre de l'éducation - Vincent Peillon

Publié le par Hervé Bramy

En soutien avec l'action menée par des organisations syndicales de l'enseignement, je vous livre ci-dessous le courrier que j'ai écris au ministre de l'Education pour lui demander des créations de poste urgentes en Seine-Saint-Denis et au Blanc-Mesnil.

 

 

Monsieur le Ministre,

 

Je tiens à vous alerter de la situation préoccupante que connaît la Seine Saint-Denis en matière d’éducation scolaire. Cet état, qui motive une mobilisation sans précédent des enseignants et des parents d’élèves de ce département, ne saurait durer alors que le Président de la République fait part de son souci pour la jeunesse de notre pays.

 

En effet, je viens de participer au Conseil départemental de l’Education Nationale du 16 novembre dernier au cours duquel j’ai appris que nombre de poste vacants (250) n’ont pu être pourvus.

 

Certes, je ne méconnais pas les ravages exercés sur le service public de l’éducation nationale par le gouvernement précédent ; il est donc urgent et tout à fait pertinent d’y remédier au plus vite.

 

Au cours de ce CDEN plusieurs propositions de l’intersyndicale du premier degré de Seine Saint-Denis se sont faites jour et je les reprends volontiers à mon compte pour qu’enfin il y ait un enseignant dans chaque classe en Seine Saint Denis :

 

·         l’ouverture d’un concours exceptionnel permettant de faire face aux besoins de notre département

·         En ce qui concerne le recrutement des contractuels pour pallier immédiatement les problèmes de remplacement et pour ne pas aggraver la précarité dans la fonction publique : des modalités spécifiques d’accès à la formation, à la titularisation, à la validation de leur master2, une rémunération à l’indice 367 comme c’est le cas pour les contrats signés à leur niveau d’étude dans l’académie et comme le seront l’an prochain les M1 au niveau national

·          la création très rapide d’un pré-recrutement en finançant les études et l’accès au CRPE pour les étudiants volontaires issus de toute la France, s’engageant à exercer dans l’académie, une fois titularisés, afin de stabiliser les équipes pédagogiques.

 

Au vu de l’actualité récente qui a fait retentir la situation du territoire le plus pauvre de France et de ses habitants et si l’on en croit les annonces gouvernementales, la Seine Saint-Denis doit se voir doter d’un nombre d’enseignants en nette progression avec un concours de recrutement bien plus pourvu en places. Ce serait conforme au souhait du Président de la République de « faire réussir tous les enfants de la nation ».

 

Souhaitant que vous preniez ces arguments en considération,

 

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance ma considération distinguée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article