Déclaration d’Hervé BRAMY secrétaire départemental du PCF 93 après la venue "médiatique" du Président de la République sur l'apprentissage

Publié le par Hervé Bramy

Manif_Sarkozy_Campus_SdeBoutray88.jpg

Ce mardi 1er mars le président de la République s’est à nouveau déplacé en Seine-Saint-Denis. Heureusement cette fois-ci il ne s’agissait plus de nettoyer au Kärcher les habitants d’une cité populaire mais de valoriser les centaines jeunes apprentis du Campus des Métiers de Bobigny.

Ce mardi 1er mars le président de la République s’est à nouveau déplacé en Seine-Saint-Denis. Heureusement cette fois-ci il ne s’agissait plus de nettoyer au Kärcher les habitants d’une cité populaire mais de valoriser les centaines jeunes apprentis du Campus des Métiers de Bobigny.

Cette initiative  s’inscrit dans la logique des discours présidentiels précédents présentant l’apprentissage comme l’alternative efficace au chômage des jeunes.

Nous contestons cette approche unilatérale. C’est pour cette raison qu’avec des syndicalistes de l’union locale Cgt, de la FSU départementale, des élus communistes de Bobigny et du Conseil général nous avons manifesté ce matin à l’arrivée de Nicolas Sarkozy.

Soulignons d’emblée le ridicule de la disproportion de l’encadrement policier de cette manifestation – assez limitée en nombre de participants –. Ridicule renforcé par l’intransigeance de la hiérarchie policière à briser le cordon répressif qu’au bout de deux bonnes heures de négociations et de multiples interventions de parlementaires communistes [notamment Marie George Buffet et Elaine Assassi] auprès du Préfet Lambert pour qu’on nous libère du bout de trottoir sur la quel nous étions retenus. Nous n’avions aucunement l’intention d’en attenter au cortège présidentiel mais de rappeler notre mécontentement sur la politique gouvernementale et de contribuer à la popularisation de nos propositions.

Mais là n’est pas l’essentiel.

Si l'apprentissage est au cœur du discours présidentiel et si il représente un réel secteur de formation et d'insertion à l'emploi, pour autant tout n'est pas rose. Le manque criant de patrons susceptibles de s’engager auprès des jeunes fait terriblement défaut. Ainsi depuis son ouverture il y a un an, le nombre d'apprentis du Campus des Métiers à Bobigny dépasse juste la moitié de sa capacité.

Face à la dramatique élévation du nombre de demandeurs d’emploi et de précaires (au même moment la CGT 93 tenait conférence de presse sur le sujet) il est urgent nous semble-t-il d’élever le niveau des exigences et le contenu des solutions afin que l’espoir renaisse pour des  milliers de nos concitoyens et de jeunes en particulier.

Voici nos principales propositions que nous portons dans le cadre du débat des élections cantonales :

1° Qualifier !

Nous proposons  qu'avec la Région Ile-de-France et l'Etat soit mis en œuvre un plan de développement de la qualification pour la Seine Saint-Denis.

Ce plan pourrait s'articuler sur 4 types d'actions :

le développement de formations nouvelles correspondant aux nouveaux emplois (Services qualifiés aux entreprises, éco-activités ; Aérien, image),

les actions pour une orientation choisie,

le développement des actions complémentaires (remises à niveau, préparations) permettant l'accès aux formations porteuses,

- l'accompagnement social et professionnel.

2° Concentrer nos efforts sur la création d'emplois durables

Nous portons l'exigence de la création d’un fonds régional pour le développement de l'emploi qui permette de moduler les aides régionales aux entreprises avec des critères d'emploi durable, de formation et de respect environnemental.

Dans les politiques propres du Conseil général, ces mêmes critères seront à l'œuvre, notamment dans les actions pour le développement d'activités dans les filières créatrices d'emploi et les pôles de compétitivité. L'objectif sera de conforter le potentiel productif de notre département et de favoriser l'émergence de nouvelles capacités de production dans les secteurs de l'économie verte.

Le secteur associatif et coopératif et ses milliers de salariés (Economie sociale et solidaire) développent des projets répondant à des besoins sociaux, sans mettre le profit au cœur de son activité. Un plan de développement de l'ESS sera construit avec les acteurs locaux et régionaux.

3° Services publics, salariés, élus, entreprises : mobiliser toutes les énergies !

Nous proposons la réalisation d'Assises pour un nouveau mode de développement solidaire et durable qui  doit permettre de mobiliser toutes les énergies : des entreprises présentes en Seine Saint-Denis aux élus locaux et aux organisations syndicales, de l'Etat à la Région Ile-de-France.

4° L’emploi, c’est aussi l’emploi public !

La Seine-Saint-Denis, comme l’ensemble du pays, souffre  de la RGPP  imposée à la Fonction publique par le gouvernement, RGPP qui a déjà abouti à la suppression de centaines de milliers d’emplois... et à la forte dégradation des services rendus à la population. Nous proposons de décréter un plan d’urgence pour le développement des services publics y compris au Conseil général. 

5° Sécuriser les parcours professionnels et garantir un revenu à tous

Enfin c'est bien d'une réorientation de l'argent dont il y a besoin dans notre pays et en Europe. Les 80 milliards de profits réalisés par les entreprises du CAC40 sont autant de moyens qui pourraient servir à hausser le niveau de vie des français, à aider les petites entreprises en difficulté.

Les communistes sont clairement engagés pour une sécurisation des parcours professionnels et de formation, pour un véritable pôle public bancaire moteur d'une relance économique et industriel basé sur le développement de l'emploi et de l'offre de formation.

 Nous vous convions é débattre de ces propositions le jeudi 3 mars, Espaces V – Roger Lefort, Esplanade Aimé Césaire avenue Jean Fourgeaud Villepinte à 20h en présence de syndicalistes et de Nelly Rolland Maire de Villepinte et Conseillère générale.

Commenter cet article