Intermittents du spectacle : La Convention UNEDIC a été dictée par et pour le MEDEF contre leur intérêt et celui de tous les privés d’emplois !

Publié le par Hervé Bramy

Cher-es ami-es, je vous prie de bien vouloir trouver, ci-joint, un communiqué de presse de soutien aux intermittents du spectacle en lutte contre l'agrément de la nouvelle convention UNEDIC.

Vous en souhaitant bonne lecture,

Fraternellement, Hervé

 

       Les intermittents du spectacle sont à la pointe de la mobilisation contre l’agrément de la nouvelle convention UNEDIC. Plus qu’une nouvelle régression sociale, elle serait une entrave à l’exercice de leur métier pour les dizaines de milliers d’artistes, techniciens, salariés et auteurs du spectacle, de l’audiovisuel ou du cinéma habitant ou travaillant en Seine-Saint-Denis !

 

            Cette convention UNEDIC a été dictée par et pour le MEDEF ! Si elle concerne tous les privés d’emplois, elle cible particulièrement les intermittents du spectacle et s’inscrit dans la campagne ininterrompue menée par le patronat depuis 10 ans pour rogner sur leurs droits. Le régime des intermittents du spectacle est tout sauf un privilège ! C’est au contraire une nécessité dans des métiers où ce sont les salariés qui portent le poids de la précarité de leurs contrats en lieu et place de leurs employeurs.

 

En effet, l’activité de création, de production ou de diffusion culturelle n’est soluble ni dans l’austérité, ni dans la précarité ! Elle nécessite d’avoir des femmes et des hommes disponibles pour défendre et porter à terme leurs ambitions culturelles. C’est pour cela que les intermittents et leurs représentants sont porteurs de propositions alternatives permettant un financement durable du régime prévu aux annexes 8 et 10 de la convention UNEDIC et de garantir l’indemnisation des périodes de création et de recherche d’activité.

 

La fédération du PCF 93 apporte tout son soutien aux intermittents mobilisés, selon les modalités qu’ils jugeront utiles, pour empêcher un nouveau recul de leurs droits sociaux ! Elle est particulièrement vigilante au maintien de l’emploi culturel, dans un département fort de son spectacle vivant, ses métiers de l’audiovisuel et de son patrimoine cinématographique.

 

            Nous demandons solennellement à François Rebsamen de refuser d’agréer la convention UNEDIC du 14 mai 2014, et de soutenir les propositions alternatives des intermittents et de leurs représentants pour pérenniser leur régime d’assurance chômage, comme il le déclarait avant d’être nommé au Ministère du Travail.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article