Le projet de loi Grenelle 2 : l'ambition écologique gouvernemental mise au placard !

Publié le par Hervé Bramy

En débat à l'Assemblée Nationale, le projet de loi Grenelle 2 s'inscrit dans le prolongement de la loi de programmation relative à la mise en  œuvre du Grenelle de l'environnement, dite « Grenelle 1 », qui a fixé  les objectifs de l'État dans le domaine environnemental. L’échec annoncé  de cette deuxième séquence du grenelle de l'environnement n'est pas une  surprise compte tenu des multiples reculs gouvernementaux en matière  écologique ces derniers mois.

Le PCF tient à rappeler qu'à l’occasion des débats sur le Grenelle 1,  les parlementaires communistes, républicains et du Parti de Gauche  avaient relevé la portée très générale d’un texte qui affichait plus de  vœux pieux que de mesures concrètes, plus de bonnes intentions  financières que de moyens budgétaires sonnants et trébuchants. De  reculades en dérobades, le gouvernement, sous la pression des lobbies et  de la logique de marché, prive la représentation nationale de débat sur  des actions essentielles pour faire face à la crise écologique notamment  dans le domaine des transports et de l’énergie.

A la lecture du texte du Grenelle 2, nous sommes très loin du compte  quand le gouvernement botte en touche à la moindre difficulté en  renvoyant systématiquement à des décrets d'application, tandis que plus  de la moitié des engagements pris dans le cadre du Grenelle 1 sont tout  simplement abandonnés : le report de l'écotaxe poids lourds,  l'autorisation à la circulation dès cet été de poids lourds de 44  tonnes, l'abandon de l'étiquetage environnemental des produits de  consommation, le désengagement en matière de réduction de l’usage des  pesticides...

Le PCF déplore le renoncement du gouvernement sur les questions  environnementales. La droite reste sourde à l'exigence populaire pour la  sauvegarde de la planète et l'aspiration au bien être environnementale. Alors qu'il faudrait mettre la politique économique au service de  l'écologie, le capitalisme financiarisé pratique exactement le  contraire. A vouloir rendre le capitalisme écolo-compatible sans  remettre en cause les dogmes du libéralisme économique, c'est la  préservation des intérêts du système capitaliste avec ses impératifs de  rentabilité financière qui a eu le dernier mot au détriment de la  biodiversité, du climat, des énergies renouvelables, de l'agriculture  durable, de la santé, de l'alimentation, de la qualité de nos sols et  sous-sols, de la mer, de la démocratie.

Le PCF appelle les écologistes et toutes les associations de défense de  l'environnement à poursuivre ensemble l'élaboration d'un projet  politique et écologique au service du développement humain durable. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Online Degree 20/08/2010 12:53


Online Degree
Online Degrees
Online Phd
Mcitp Training
Life Experience Degree
online degree programs
MCSE training