Pourquoi nous avons quitté la séance du Conseil général

Publié le par Hervé Bramy

Dès le 30 septembre, nous avons écrit au Président Bartolone que nous demandions, dans le cadre du Plan Exceptionnel d’Investissement en faveur des collèges, qu’une concertation ait lieu avec les acteurs l’enseignement, les syndicats, les associations de parents d’élèves, les maires ainsi que les conseillers généraux, avant la séance. Nous lui avons également demandé de scinder le débat en deux séances distinctes : une première consacrée à une remise à plat du précédent Plan Pluriannuel d’Investissement dans les collèges et une seconde permettant une discussion sur le financement du PEI.

Nous avons essuyé deux refus successifs. Soucieux d’un débat efficace et rapide sur une question aussi importante que celle de la construction/rénovation des collèges de notre département, nous avons renouvelé cette requête ce matin en séance. Une nouvelle fois, le Président Bartolone s’y est refusé.

Attaché à la réussite scolaire, nous lui avons à nouveau fait part de notre volonté d’organiser sans attendre des Etats généraux de l’Education en Seine Saint Denis, avec tous les acteurs concernés pour déterminer les mesures à prendre en ce sens. Le Président Bartolone est resté sourd à cette proposition pourtant attendue par les syndicats d’enseignants et de parents d’élèves.

Les règles du débat démocratique n’ont pas été respectées dans le cadre de l’élaboration de ce PEI tel que proposé aujourd’hui par Claude Bartolone. Nous ne pouvons voter sur cette délibération tant que nous nous verrons opposés un tel refus de concertation et tant qu’il restera des interrogations sur le choix des collèges, sur les conséquences de partenariats public/privé sur les finances de notre département et pour les contribuables de la Seine Saint-Denis, ainsi que sur une Education Nationale de plus en plus ouverte au privé.

Le Président Bartolone a mis fin à la séance et convoqué le Conseil général dimanche matin pour une nouvelle réunion. Comment pourrions-nous participer à une séance qui ne répond pas à la nécessité d’un réel débat démocratique ?

Nous regrettons de n’avoir pas pu être entendus du Président Bartolone et d’avoir ainsi été contraints à en venir à de telles mesures. Cependant, nous renouvelons notre demande et restons ouverts à toute proposition allant dans le sens d’une meilleure concertation.

Commenter cet article

Bezirard - Piaud 18/10/2010 17:40


J'étais au CG ce dimanche 17 octobre. Je n'ai pas compris votre absence et surtout les affichettes jaunes avec PC et UMP accolés.... J'ai été 4 ans prof de dessin sur Bobigny et j'ai rencontré
beaucoup d'élèves retraités qui m'ont fait part des comportements de la droite pour maintenir la seine st denis communiste en dehors des développements géostratégiques de l'Ile de France. Comment
pouvez vous supporter d'être aux côtés de l'UMP au regard de ce qui se passe dans nos cités et dans nos rues. Je ne comprends pas.