Rien ne peut plus retenir l’élan qui s’est levé en Seine-Saint-Denis ! Le 6 mai, Battons Sarkozy, votons Hollande

Publié le par Hervé Bramy

Déclaration de la fédération du PCF 93

 

Aujourd’hui, au Raincy, entourés de ses  plus fidèles partisans Eric Raoult, maire du Raincy, Jean Christophe Lagarde, maire de Drancy, Philippe Dallier, maire des Pavillons sous Bois, Nicolas Sarkozy a pioché dans toute la sémantique et l’idéologie du Front National pour –une fois encore-  stigmatiser la Seine -Saint-Denis.

Avec ses amis, il ne supporte pas que dimanche dernier, les électrices et les électeurs de ce département aient massivement voté en faveur de la gauche.

Forts de ces résultats, ces hommes et ces femmes, ne se laisseront pas abuser par des paroles  haineuses et méprisantes proférées par le président-candidat.

Ils sont fiers de vivre en Seine Saint-Denis, territoire où les traditions ouvrières et d’accueil rejettent les choix racistes et antisociaux de l’extrême droite comme de la « droite populaire ».

Nicolas Sarkozy a développé son projet de division. Il a outrageusement vilipendé les électeurs et le candidat du Front de Gauche, Jean Luc Mélenchon, la direction de la CGT ou encore le journal l’Humanité qui a tapé juste en dénonçant la dérive pétainiste de son discours.

Les femmes et les hommes contraints de quitter leur terre natale seront toujours les bienvenus.  Nous continuerons de nous rassembler pour vivre ensemble et pour le droit de vote des étrangers  aux élections locales,  comme c’est le cas dans de très nombreux pays européens.

Plus que jamais, nous ferons vivre les valeurs de solidarité, de fraternité, d’égalité, de liberté, de justice et d’égalité qui sont le  cœur vivant du peuple de gauche de la Seine-Saint-Denis.

Amnésique, le candidat –président, amis des grandes fortunes et des marchés financiers, n’est à aucun moment revenu sur son bilan désastreux pour le pays, la Nation, le peuple de notre département.

Si les citoyennes et citoyens, les salariés, les retraités vivent toujours plus mal c’est la conséquence de la politique conduite depuis cinq par la droite la plus égoïste que la Vème République est connue.

N’en déplaise à Nicolas Sarkozy, et ses amis de droite qui ont vu dans chacune de leur ville l’émergence déterminée d’une nouvelle force de gauche, nous sommes décidés, ici plus qu’ailleurs,  à le sortir de l’Elysée.

Les profits pour une minorité tandis que le plus grand nombre souffre de l’austérité ça suffit !

La réduction de la dépense publique et des effectifs de fonctionnaires; cela suffit aussi!

Ce que dit la Seine-Saint-Denis c’est qu’il faut plus d’écoles et plus d’enseignants pour permettre la réussite de tous. Nous disons qu’il faut plus de moyens pour nos hôpitaux et nos centres de santé pour être tous bien soignés. Nous disons qu’il faut de l’emploi, des bons salaires, augmenter le SMIC à 1700€ ainsi que les pensions des retraités. Nous disons qu’après une longue et dure vie de travail nous avons droit à la retraite à 60 ans à taux plein. Nous disons que nous voulons maintenir l’emploi et les sites industriels comme celui de PSA à Aulnay et plus de droits d’intervention pour les salariés et les syndicats. Oui les policiers doivent être soutenus mais leur mission est rendue difficile par la baisse constante des effectifs. Nous disons qu’il faut recruter des fonctionnaires de police et développer les politiques de prévention pour assurer la sécurité et tranquillité de chacun. Nous disons que la justice doit avoir les moyens d’assurer ses missions.

Vivre mieux en Seine-Saint-Denis comme ailleurs c’est possible ! Pour cela il faut battre Sarkozy le 6 mai.

C’est ce que diront les 90 726   électrices et électeurs du Front de Gauche dans les défilés du 1er mai, le vendredi 4 mai Place Stalingrad et enfin le 6 mai en votant Hollande.

Plus rien ne peut plus retenir l’élan qui s’est levé dans notre département. Nous ne nous laisserons pas diviser.

Le dimanche 6 mai, ensemble, tous ensemble votons Hollande pour battre Sarkozy.

 

Pour la fédération du PCF 93, Hervé Bramy

Pantin, le 26 avril 2012

Commenter cet article