Zyed et Bouna : 5 ans après !

Publié le par Hervé Bramy

Face à la stèle aux souvenirs de Zyed et Bouna, nous nous sommes retrouvés pour dire que nous n’oublions pas.

Nous n’oublions pas la mort, par électrocution dans un transformateur EDF, de deux jeunes adolescents afin d’échapper à un contrôle de la police.

Nous n’oublions pas que la justice n’est toujours pas passée. Les juges instructeurs avaient pourtant décidé de renvoyer devant le tribunal les deux fonctionnaires de police mis en cause dans ce tragique évènement, pour non assistance à personne en danger, mais la procureure de la République de Bobigny en a décidé autrement. C’est une énorme et nouvelle déception pour toutes celles et tous ceux, en particulier les membres de la famille et les proches, qui attendent la vérité.

Nous n’oublions pas également l’ampleur des révoltes sociales et urbaines qui s’en sont suivies, ici en Seine-Saint-Denis, comme dans toute la France. Révoltes sociales et urbaines qui ont révélé au monde, le gouffre des inégalités sociales et territoriales auxquels les gouvernements successifs ont proclamé vouloir s’attaquer, sans résultats probants à ce jour, pour la vie de dizaines de milliers de femmes, d’hommes et de jeunes qui vivent dans les quartiers populaires.


Bien entendu l’urbanisme se transforme avec son volet renouvellement urbain. C’est le moins que l’on puisse attendre de l’Etat, compte tenu de ses responsabilité historique dans ce domaine, bien que se fasse jour de grandes inquiétudes sur la finalisation des programmes décidés tandis que le logement social est mis à mal par le hold-up du gouvernement sur les bailleurs sociaux. Au-delà ce n’est que poudre aux yeux !

Le chômage – tout particulièrement celui des jeunes – s’aggrave sans cesse. Les discriminations raciales et territoriales persistent outrageusement Le pouvoir d’achat des familles populaire est en baisse. La présence des services publics est réduite à peau de chagrin sous les coups de boutoir de la RGPP. La réussite scolaire malmenée avec le non remplacement d’un enseignant sur deux dans les écoles, collèges et lycées. Les désenclavements des quartiers par le développement des transports en commun toujours renvoyés à plus tard. Le droit à la sécurité inexistant dû à la suppression de 5000 postes de fonctionnaires de police sans parler de la fin de la police de proximité revendiquée par les maires et les populations. Ce sont aussi les collectivités locales qui voient leurs finances attaquées par les politiques de restrictions du gouvernement….

Zéro + zéro = zéro : voilà le bilan du plan Marshall annoncé il y à quatre ans et l’espoir n’est plus au rendez-vous avec le plan banlieue de Fadela Amara secrétaire d’état à la politique de la ville.

Toutefois la résignation n’est pas de mise. Les solidarités humaines dans les quartiers populaires se déploient lors des expulsions locatives tandis que l’investissement dans la vie associative trouve de nouveaux ressorts malgré les obstacles financiers auxquels elle doit faire face. L’engagement dans les luttes contre la fermeture de classes ou de bureaux de poste et dans les mouvements sociaux comme aujourd’hui pour le droit à la retraite à 60 ans à taux plein se renforce avec la détermination de nombreux habitants des quartiers populaires.

S’il y a des endroits où le slogan « cette société là, on n’en veut plus ! » prend toute sa dimension, c’est bien dans les quartiers populaires. C’est pourquoi les communistes sont déterminés à y créer les espaces du débat public pour transformer la fatalité et les colères en espoir. Dès demain, avec les cahiers de l’espoir, nous sillonnerons rues et cités à la rencontre de nos concitoyens afin de leur donner la parole et bâtir - sans attendre - avec eux le Programme Populaire Partagé dont nous tous besoin pour ouvrir le chemin d’une perspective politique d’épanouissement humain.

C’est pour toutes ces raisons que ce matin nous nous sommes retrouvés avec les communistes de Clichy-sous-Bois auprès des familles de Zyed et Bouna, des proches et des jeunes de la ville qui ne veulent pas oublier…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article