Défendons les budgets de la culture partout en Seine-Saint-Denis

PLUS QUE JAMAIS, PORTER DES OBJECTIFS PROGRESSISTES POUR LA CULTURE !
Combattons la politique de Sarkozy. Défendons les budgets de la culture partout en Seine Saint-Denis !
 
Fédération de Seine Saint-Denis du Parti communiste français
Décembre 2009
 
La réforme des collectivités territoriales imposée par Nicolas Sarkozy accompagne le dogme libéral en vogue depuis près de trente ans de la nécessaire réduction des dépenses publiques. Ici en Seine Saint-Denis, cette obsession mortifère fait de lourds dégâts, mais elle se heurte de longue date à de vives résistances notamment sur le plan culturel. Sans le volontarisme, qui a été celui d’élus de gauche, principalement communistes, notre département
ne disposerait pas du riche réseau d’équipements et de professionnels de la culture qui le distingue tant : des conservatoires, plusieurs CDN, un tissu de cinémas actifs, des équipes inventives et résolues, des festivals de renom et un sens aigu de l’action culturelle…Cependant les désengagements successifs de l’Etat ont entamé la possibilité des communes d’intervenir dans des domaines autres que ceux strictement bornés par la loi, notamment la culture, le sport ou la vie associative. Tout cela est aujourd’hui en danger d'aggravation.
 
La conception de la vie culturelle que tente d’imposer la droite tourne le dos à cet héritage et aux besoins de notre temps. Rivée sur les marges financières des industries culturelles et sur la marchandisation de la culture, elle paupérise la création, nivelle les imaginaires et galvaude les esthétique. Les recommandations du Haut conseil à la création artistique dirigé par Marin Karmitz sont à cet égard pathétiques, quoique lourdes de menaces.
Oui, les professionnels du spectacle vivant ont raison : il faut le dissoudre.

La culture en Seine Saint-Denis, un héritage à porter plus haut !
 
La suppression de la taxe professionnelle va priver les collectivités de ressources et amplifier les dégâts des désengagements de l’Etat. S’y ajoute la volonté de la droite de supprimer la compétence générale qui fonde la liberté des collectivités et par conséquence des citoyens. Il s’agit pour la droite et le Medef qui l’inspire, d’interdire aux collectivités de sortir du cadre des compétences obligatoires fixé par la loi - s’occuper de culture par exemple - et de faire place nette au marché et à la concurrence. Ces dispositions nous arrivent en droite ligne de Bruxelles et des logiques libérales qui fondent l’Union européenne depuis toujours. Aujourd’hui, l’UMP et ses alliés, ont décidé de faire fi des nombreuses résistances manifestées dans le pays jusqu’à présent.
 
Ainsi de très lourdes menaces planent sur la vie culturelle. En Seine Saint-Denis, les conséquences en seraient catastrophiques. Car nous avons la conviction que l’effort culturel public est d’autant plus indispensable qu’il doit viser toute la population et pas seulement le cercle des catégories déjà rompues à la fréquentation des oeuvres et des lieux. C’est un enjeu de développement humain : le partage des connaissances et des émotions, la possibilité pour chacun de s’en nourrir sont des éléments décisifs pour le développement d’une société débarrassée du capitalisme totalement dépassé aujourd’hui. Ces enjeux sont une des clefs d’un nouveau modèle de développement, juste et durable. Dans un département rongé par les inégalités sociales et les injustices économiques, l'intervention publique est essentielle.
 
Non à la réduction des dépenses publiques !
 
Dans ces conditions, la défense des budgets de la culture est un combat à mener sans tarder, car tout n’est pas joué. Les communistes refusent de céder au catastrophisme et à toute forme de renoncement. Une forte mobilisation des acteurs et publics de la vie culturelle, celle des élus et des forces de progrès peuvent changer la donne. Les moyens et les finalités de l’action culturelle, les politiques d’investissement, la garantie du fonctionnement des équipements en stimulant l’emploi culturel sont les éléments d’un débat qu’il faut mettre sur la
place publique. De même le populisme d’où qu’il vienne comme la mainmise des industries du divertissement sur les esprits doivent être combattus sans relâche. Les élections régionales en fourniront bientôt l’occasion.
 
Les communistes vont s’y employer au sein du Front de Gauche, en proposant notamment que les progrès de la politique culturelle régionale soient amplifiés, pourquoi pas dans le domaine de la médiation culturelle. En Seine Saint-Denis, nous souhaitons par exemple que soit remise à l’ordre du jour par le Conseil général la création de postes de médiateurs culturels dans les cinémas et lieux culturels du département et que le budget de la culture soit préservé en 2010. Il faut en avoir le courage, il faut en mener le combat.
 
Une grande concertation et des objectifs progressistes !
 
A cet effet, la fédération du Parti communiste et les Elus communistes de Seine Saint- Denis invitent leurs adhérents et militants à se mobiliser dès maintenant avec les professionnels de la culture dont un grand nombre sont déjà engagés dans des luttes courageuses. Elles proposent par ailleurs la tenue fin 2010 d’une grande conférence culturelle départementale permettant aux acteurs de la culture, aux élus, aux syndicats et au mouvement associatif de définir les éléments d’une plate-forme de développement culturel porteuse d’une
visée démocratique qui sera une des contributions de la Seine Saint-Denis à la nouvelle organisation territoriale à venir. Les 8 & 9 janvier, les Rencontres nationales "Art, culture, émancipation" organisées à Paris par le collectif culture du PCF seront une étape importante des débats et initiatives contribuant à ce que la vie culturelle ne soit pas le supplément d'âme ou le prétexte de communication de politiques publiques rabougries, mais qu'elle soit bien placée au centre d'un projet politique de transformation sociale.
 
Fédération de Seine Saint-Denis du Parti communiste français
Décembre 2009
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :