Hommage à mon ami Edouard Glissant

Publié le par Hervé Bramy

Edouard GLISSANT vient de nous quitter. Avec lui, notre pays mais aussi le monde perd un très grand penseur, dont la vie et l’œuvre considérable sont un cinglant démenti à celles et ceux qui aiment à classer le genre humain et contingenter les imaginaires. A Blanc-Mesnil, Edouard GLISSANT vint à plusieurs reprises honorer de sa visite la médiathèque qui porte son nom, ce fût à chaque fois une merveilleuse rencontre avec une pensée attentive, en éveil. Edouard GLISSANT aura été un « honnête homme » qui s’est toujours efforcé en démontant les rouages et la perversité de la colonisation des Antilles, d’apporter sa pierre à la mise à bas d’une des plus fortes idées reçues de notre temps, véhiculée au plus haut niveau de l’Etat, la prétendue « infériorité africaine ».

Signataire du manifeste des 121, au moment de la guerre d’Algérie, il savait aussi qu’une injustice quelque part atteint la justice partout.

En luttant pour la reconnaissance du peuple antillais et son originalité, il a donné vie à cette phrase qu’il écrivait dernièrement « la lutte pour la décolonisation, où qu’elle se situe, est aussi une lutte pour la culture et l’enrichissement de l’homme ».

Comme militant communiste, notamment dans l’exercice de mes mandats d’élu, je ne pouvais qu’être inspiré par un homme dont la réflexion a souvent nourri mon analyse, à l’exemple de son concept du « tout-monde ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alexandre A 12/02/2011 10:28


Bonjour,

Il était en cela en avance considérable sur notre époque. Ses textes conserveront dans les années à venir une rigoureuse pertinence.